DécouvrirFrance

Entre Body Shaming et Dysmorphophobie: le culte de la minceur persiste sur les réseaux

Un Festival de Cannes teinté de body shaming

C’est une véritable déferlante. Lundi, la célèbre influenceuse Léna Mahfouf, mieux connue sous le nom de Lena Situations, a été victime de body shaming après avoir gravi les marches du Palais des Festivals à Cannes, vêtue d’une magnifique robe Vivienne Westwood. Le coupable ? Ses cuisses, qui n’ont apparemment pas répondu aux attentes de certains internautes. Cette situation, loin d’être isolée, prouve que nous sommes encore loin d’avoir éradiqué le culte omniprésent de la minceur et de la beauté idéalisée sur les réseaux sociaux.

La persistance des injonctions de beauté

Bien que les avancées en matière d’inclusion et de positivité corporelle soient indéniables depuis plus de cinq ans, les injonctions, diktats et stéréotypes persistants autour de la beauté et de la diversité des corps restent fortement ancrés dans notre société. Cela est évident lors du Festival de Cannes, où plusieurs personnalités publiques ont été la cible de moqueries, critiques et déferlements de haine concernant leur apparence physique.

La dysmorphophobie en ligne

Cette situation met en lumière la dysmorphophobie (pensée obsédante sur un défaut physique) qui se propage sur les réseaux sociaux. Malgré de nombreuses avancées et le mouvement body positive, le culte de la minceur persiste, alimenté en grande partie par les standards de beauté irréalistes promus sur ces plateformes. Il est troublant de constater que Lena Situations, qui porterait une taille 38, est considérée comme « grosse » par certains internautes, alors que la taille moyenne des femmes en France est bien au-dessus de cette norme, se situant entre 40 et 42 selon l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH).

Des mesures législatives pour une meilleure représentation corporelle

Le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a apporté son soutien à Lena Situations via Instagram, en soulignant le rôle dévastateur que peuvent jouer les filtres et les retouches sur l’estime de soi. Il a également évoqué la loi sur l’influence commerciale qui obligera les influenceurs à indiquer si leur publication a été retouchée pour modifier leur silhouette.

Acceptation et célébration de la diversité des corps

Face à cette réalité déconcertante, il est plus important que jamais de réaffirmer la nécessité d’accepter et de célébrer la diversité des corps, de combattre le body shaming et de promouvoir un discours de beauté plus inclusif et respectueux sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Blois Capitale

GRATUIT
VOIR