EcologieMondePolitique

Protection des peuples autochtones et de la forêt : Macron a reçu Raoni

Le président français Emmanuel Macron a rencontré le cacique Raoni Metuktire, l’un des chefs indigènes d’Amazonie, le dimanche 4 juin 2023, afin de réaffirmer son engagement en faveur du respect des droits des peuples autochtones. Cette rencontre revêt une grande importance alors que la forêt amazonienne est confrontée à des menaces telles que l’exploitation illégale du bois, l’exploitation aurifère et l’agriculture industrialisée.

Des « marges de progrès considérables » pour la France

Bien que la France possède, grâce à la Guyane, une partie de la forêt amazonienne sur son propre territoire, il reste encore beaucoup à faire pour protéger cette précieuse ressource naturelle. Selon France Nature Environnement, le pays a « des marges de progrès considérables » dans ce domaine. Cette rencontre entre Emmanuel Macron et Raoni Metuktire a eu lieu en vue du Sommet des pays d’Amazonie prévu cet été, où la France a été invitée par le Brésil. Le président français a ainsi voulu affirmer sa volonté de préserver les espaces naturels, en particulier les forêts tropicales, qui sont à la fois des réservoirs de carbone vitaux et des trésors de biodiversité.

Le témoignage de Raoni Metuktire et la collecte de fonds

Raoni Metuktire, âgé de 90 ans, a achevé une tournée européenne d’un mois visant à collecter des fonds pour les tribus et la préservation de la forêt amazonienne. Lors de sa visite en France, il était accompagné d’autres chefs indigènes, dont Tapi, chef yawalapiti de 45 ans, premier indigène à avoir suivi des études supérieures à Brasilia, ainsi que Watatakalu, qui lutte pour les droits des femmes d’Amazonie. Son neveu Bemoro était également du voyage. Cette tournée de Raoni Metuktire est la neuvième campagne mondiale dédiée à la protection de la forêt amazonienne. En 2019, il avait déjà été reçu par Emmanuel Macron au Palais de l’Élysée et avait participé au sommet du G7 à Biarritz, sous la présidence française.

La situation critique de la forêt amazonienne

Malgré une réduction significative de la déforestation, avec « seulement » 328 km2 détruits en avril 2023 par rapport aux 1 026 km2 en avril 2022, la forêt amazonienne reste confrontée à des défis majeurs. Les chefs indigènes luttent activement contre un projet de loi approuvé par les députés brésiliens, qui limite sévèrement les terres des peuples autochtones. Ils accusent cette législation d’ouvrir la voie à un « génocide » et demandent au président brésilien Lula de mettre son veto. Raoni Metuktire a déclaré dans une interview avec l’AFP à Paris que l’approbation de ce projet de loi menace les droits des peuples autochtones du Brésil, et qu’ils ne l’accepteront pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Blois Capitale

GRATUIT
VOIR