EcologieEconomieFrance

Tout le monde opposé à TotalEnergies ?

Ce vendredi, TotalEnergies se retrouve plongé dans un paradoxe. Malgré les bénéfices records du groupe en 2022, s’élevant à 21 milliards d’euros, l’assemblée générale du géant pétrolier suscite de fortes tensions. Plusieurs ONG et activistes climatiques ont signé une tribune annonçant que « l’assemblée générale de Total n’aura pas lieu ». Des militants avaient déjà empêché l’accès à certains membres lors de l’année précédente. Même au sein de l’assemblée, l’atmosphère s’annonce électrique, car 17 investisseurs, détenant 1,5 % des parts de l’entreprise, ont annoncé leur intention de déposer une dérogation consultative pour que TotalEnergies aligne ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur l’accord de Paris pour 2030.

La question écologique incontournable lors des assemblées générales

Cette opposition n’est pas unique à TotalEnergies. L’assemblée générale de Shell, qui a eu lieu mardi, n’a pas non plus rassuré le groupe. Le fonds de pension de l’Église d’Angleterre y a voté contre la reconduction des dirigeants, reprochant à l’entreprise une transition écologique insuffisante. Des militants écologistes ont également perturbé l’événement, offrant un avant-goût de ce qui attendait TotalEnergies.

L’importance de se montrer lors des assemblées générales

La question écologique est devenue un enjeu stratégique lors des assemblées générales. Les entreprises ont tout intérêt à aborder volontairement cette question plutôt que de l’esquiver, car il y a davantage à gagner à long terme en s’engageant dans une transition écologique. Des résolutions sont déposées et des votes ont lieu pour inciter les entreprises à adopter des objectifs climatiques plus ambitieux. Certains actionnaires, tels qu’Ecofi, pratiquent l’activisme actionnarial en votant contre les projets qui manquent de précision ou qui ne visent que la compensation plutôt que la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La nécessité d’une stratégie climatique lors des assemblées générales

Cependant, il existe encore un manque d’engagement des entreprises dans la présentation d’une stratégie climatique lors des assemblées générales. Le Forum pour l’investissement responsable (FIR) et d’autres acteurs ont demandé au gouvernement d’ajouter à la législation l’obligation de présenter une stratégie climatique aux actionnaires tous les trois ans et la possibilité de voter sur le sujet.

Les manifestations lors de l’assemblée générale de TotalEnergies

L’assemblée générale de TotalEnergies a été logiquement perturbée par des manifestations de défenseurs du climat qui cherchent à attirer l’attention sur l’urgence de la transition écologique. Les forces de l’ordre sont intervenues pour empêcher les manifestants de perturber l’événement. Le PDG de TotalEnergies a affirmé – malgré les faits – que le climat était au cœur de leurs préoccupations et a souligné la crédibilité de leur plan de transition. D’ailleurs, la Première ministre et la ministre de la Transition énergétique ont toutes deux exprimé leur soutien aux militants pour le climat tout en encourageant TotalEnergies à accélérer sa transition vers les énergies renouvelables. « Ecoutez les scientifiques. Plus un seul projet fossile », pouvait-on lire sur des affiches brandies par les opposants.

Des entreprises qui sont aujourd’hui positionnées sur le secteur du pétrole ou sur le secteur du gaz doivent se réinventer, elles doivent sortir des énergies fossiles. Elles n’auront aucun avenir, et je l’ai dit à Patrick Pouyanné pour Total, si elles ne sont pas capables de tracer ces trajectoires de sortie des énergies fossiles et de décarbonation.

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique

En conclusion, les assemblées générales des grandes entreprises, y compris TotalEnergies, sont devenues des moments clés pour aborder les enjeux climatiques et jeter l’opprobre sur les coupables. Les militants pour le climat jouent un rôle essentiel en attirant l’attention sur la nécessité d’une transition écologique plus rapide et en incitant les actionnaires à réfléchir à leur soutien aux entreprises qui ne prennent pas suffisamment d’engagements en matière de durabilité. Il est de plus en plus important pour les entreprises de saisir volontairement cette question et de présenter des stratégies climatiques claires lors des assemblées générales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Blois Capitale

GRATUIT
VOIR